Dis moi comment tu te connectes, je te dirai d’où tu viens

Cet article est le dernier d’une série traitant de la pluralité de nos usages des technologies à l’échelle européenne.

Avec plus de cinq milliards d’utilisateurs uniques et près des deux tiers de la population mondiale propriétaire d’un téléphone, écrire que ces devices, véritables extensions de nos corps, sont partout est l’euphémisme du siècle…

Dans la mesure où 67% de ces téléphones s’avèrent être des smartphones, qu’en est-il de la manière dont les Européens se connectent à Internet et téléchargent des app?

Europe connection

Si les taux de pénétration mobile demeurent très hétérogènes tout autour du globe, ils le restent également au sein de l’Europe. Tandis qu’en Afrique Centrale, le taux de pénétration du mobile est légèrement supérieur à 50% de connections sur mobile rapportées à la population totale de la région, on atteint les niveaux très élevés de 116% en Europe de l’Ouest, de 129% en Asie du Sud Est, et 162% en Afrique du Sud. « En Europe », explique Sandrine Plasseraud, CEO de We Are Social, « les taux connaissent de moins importants écarts sans être pour autant tout à fait analogues : 120% en Europe du Nord, 132% en Europe du Sud et 154% en Europe de l’est… »

En ce qui concerne la France, l’année 2018 a fermement démontré que le smartphone est bien le support privilégié pour naviguer sur Internet, et ce de manière croissante. Médiamétrie, société spécialisée dans la mesure d’audience et l’étude des usages des médias audiovisuels et numériques en France, commente dans un communiqué de presse le fait que les Français passent de plus en plus de temps sur Internet chaque jour : « Cet essor est porté par le mobile qui représente à lui seul près de la moitié du temps de surf quotidien et est l’écran n°1 pour se connecter. »

Si les utilisateurs ont tendance à alterner les supports de navigation (ordinateur, tablette, smartphone…) tout au long de la journée, l’agence dénombre dans l’hexagone près de 34 millions de mobinautes au quotidien, soit 3 millions de plus que l’année précédente. La tendance est d’autant plus vraie chez les 15-24 ans, comme le note Médiamétrie : « Sur leurs 2 heures de surf quotidien, les 15-24 ans en passent les trois quarts sur leur mobile. Ils sont d’ailleurs 6 sur 10 à utiliser exclusivement leur smartphone pour naviguer sur internet chaque jour. »

Les apps et vous

En outre, les comportements des Européens par rapport au téléchargement d’applications se révèlent non seulement passablement homogènes, mais également relativement similaires à ceux des Américains. Le cabinet Creative Strategies, basé en San Jose en Californie, a réalisé une étude auprès d’un millier de personnes aux États-Unis et en Europe afin de mieux cerner les comportements sur mobiles de ces utilisateurs. Selon les déclarations de ces derniers, ils seraient 50% à disposer de moins de 50 applications sur leur smartphone, 30% à en avoir entre 51 et 100, et seulement 10% à en compter plus d’une centaine… Ces données sont à prendre avec des pincettes, car in fine, toutes catégories confondues, les deux tiers des mobinautes n’en utiliseraient au maximum qu’une dizaine par jour…

En matière de téléchargement, l’étude s’attarde aussi sur les motivations des mobinautes. Concernant les app gratuites, les premiers critères qui font mouche sont les avis de consommateurs, les fonctionnalités ou tout simplement les descriptions des éditeurs. Plus étonnant, un cinquième des mobinautes consulterait chaque jour un app store, et près d’un tiers chaque semaine… En ce qui concerne les app payantes, prix, avis et fonctionnalités sont les paramètres que surveillent les mobinautes et sont susceptibles de déclencher les téléchargements. A noter également : plus d’un mobinaute sur deux aurait moins de trois applications payantes sur son smartphone…

A bon entendeur : s’il est relativement facile de faire télécharger une app, réussir à la faire régulièrement utiliser est un tout autre défi pour les éditeurs d’applications…